La Nuit européenne des musées : quelle histoire !

L’édition de 2022 est la 18ème de ce rendez-vous culturel devenu culte que cochent désormais à l’avance dans leur calendrier tous les amateurs d’art…mais pas que ! Retour sur la genèse de la Nuit européenne des musées, ses inspirations et ses aspirations.

Avant la nuit, le Printemps des musées

Si la France est aujourd’hui le cœur battant de la Nuit européenne des musées, il convient de rappeler que c’est en Allemagne qu’a eu lieu le premier événement du même genre. En 1997, à Berlin, sur la bien nommée île aux musées a eu lieu la Lange Nacht der Musen, la longue nuit des musées en VF. L’écho et le succès de cette manifestation furent tels que le ministère de la Culture français souhaita répliquer l’événement en 1999 sous le nom de « Printemps des musées ». Les musées français étaient invités à ouvrir gratuitement leurs portes au public un dimanche de printemps.

Là aussi, le succès et le public furent au rendez-vous et en 2001, pas moins de 39 pays accueillirent le Printemps des musées. Avec le soutien du Conseil de l’Europe, l’événement prenait une dimension européenne qu’il ne devait plus quitter. C’est finalement en 2005 que la France déclina cette manifestation culturelle en une Nuit des musées pour attirer de nouveaux publics dans ces lieux d’arts et de savoirs. Devant l’originalité de la démarche, sa rigueur artistique et l’engouement populaire qu’il suscita, de nombreux pays du continent suivirent la France. 

Alors, la Nuit européenne des musées, un phénomène seulement européen ? Ce serait trop court ! Si l’événement a lieu mi-mai, ce n’est pas un hasard mais bien parce que la Journée internationale des musées qu’organise le Conseil international des musées (ICOM) a lieu (presqu’) au même moment. 

 

C’est beau un musée la Nuit.

Les musées sont habituellement ouverts sur de vastes plages horaires, toute l’année et de nombreux publics (scolaires, étudiants, familles, séniors, habitués, sans emploi etc…) peuvent déjà avoir des tarifs préférentiels… alors pourquoi ouvrir un musée en soirée et gratuitement la plupart du temps ? 

La Nuit européenne des musées propose une expérience muséale insolite. Parce qu’à la faveur de la nuit nos sens sont particulièrement en éveil, les musées paraissent plus intimes, la lumière est changeante par rapport à d’habitude, les œuvres semblent plus paisibles ou inquiétantes … Conçue dans un esprit convivial et ludique, cet événement veut attirer dans les musées de nouveaux publics. À ce titre, sa gratuité quasi-totale est un atout majeur de l’événement pour empêcher toute discrimination économique. De la même manière, l’allongement des horaires, en soirée et jusque minuit (et même parfois au-delà !) donne l’occasion à des publics ayant des horaires dits de bureaux de profiter tout de même de l’offre culturelle, parfois juste à côté de chez eux ou de leur lieu de travail.

Plus largement, la Nuit européenne des musées est bien souvent l’opportunité que saisissent les équipes des musées pour concevoir de nouveaux parcours culturels originaux et orientés vers les jeunes (noctambules). En effet, la manifestation culturelle a aussi vocation à mettre en lumière (ce qui est heureux de nuit !) les musées sortant des sentiers battus et moins connus que les navires amiraux que sont les plus gros musées, souvent parisiens. Dès lors, escape games, présence de célébrités, performances artistiques et autres concerts sont autant de bonnes idées étonnantes et détonantes pour attirer et fidéliser le(s) public(s). Chaque année depuis 2005, un public toujours plus nombreux et des musées participants toujours plus motivés concourent à la réussite de cet événement culturel décalé.

 

Le saviez-vous ? La Nuit européenne des musées, rien ne lui résiste !

En 2020 et 2021, la pandémie de Covid a empêché la tenue classique de la manifestation. Et pourtant, grâce notamment au numérique et à l’ingéniosité de ses acteurs, elle s’est tout de même déroulée sous un format renouvelé, 100% numérique en 2020 ou en « phygital » en 2021. Avec des lives sur les réseaux sociaux, des déambulations numériques en podcasts et bien d’autres manières de rendre la manifestation interactive, la Nuit européenne des musées a été au rendez-vous de ses habitués et a même su conquérir de nouveaux publics, que l’on espère retrouver « en vrai » cette année.